Le traité sur le réchauffement climatique : un important traité de santé publique

Dr Margaret Chan, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé

Remarques à la manifestation de haut niveau organisée parallèlement à la COP 21 sur le thème:« Pourquoi l’accord sur le changement climatique est essentiel pour la santé publique».
Paris , France
11 décembre 2015

Le changement climatique est le problème déterminant du XXIe siècle.

En préparation de la COP21, les pays ont pris des engagements importants pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et intensifier l’adaptation au changement climatique. Mais il faut en faire plus. Comme beaucoup l’ont noté, le monde a pris beaucoup de retard pour s’accorder à prendre des mesures.

Les enjeux sont élevés. L’OMS estime que le changement climatique provoque déjà des dizaines de milliers de morts par an. Ces décès sont dus à la fréquence accrue d’épidémies, de choléra par exemple, à la vaste extension de l’aire de répartition géographique de maladies comme la dengue et à des événements climatiques extrêmes, comme des canicules ou des inondations.

Le changement climatique dégrade la qualité de l’air, diminue la sécurité alimentaire et compromet l’approvisionnement en eau et l’assainissement. Toutes ces conséquences sont également mortelles.

L’OMS estime que, chaque année, 7 millions de personnes meurent de maladies liées à la pollution de l’air, ce qui en fait le plus grand risque environnemental au monde pour la santé.

D’ici à 2030 selon les prévisions des experts, le changement climatique provoquera 250 000 décès de plus par an, dus au paludisme, aux maladies diarrhéiques, au stress thermique et à la malnutrition. Ce sont les enfants, les femmes et les pauvres qui paieront le plus lourd tribut, élargissant les écarts déjà inacceptables en matière de résultats sanitaires.

La santé a des données cruciales et des arguments positifs à apporter aux débats sur le climat. L’accord en cours de négociation n’est pas qu’un traité pour éviter d’infliger à la planète des dégâts sévères, généralisés et irréversibles. C’est également un important traité de santé publique, ayant un énorme potentiel pour sauver des vies dans le monde entier.

En prenant les bons engagements, les efforts pour combattre le changement climatique aboutiront à un environnement où l’air est plus propre, les ressources en eau douce et en denrées alimentaires plus abondantes, plus sûres et les systèmes de protection sociale plus efficaces et plus justes. Il en résultera des populations en meilleure santé.

Les stratégies existantes qui fonctionnent bien pour combattre le changement climatique apportent également des gains importants pour la santé. Les investissements dans le développement à faible émission de carbone, dans les énergies propres renouvelables et dans une meilleure résilience au climat sont aussi des investissements pour améliorer la santé.

La mise en œuvre et le respect de normes plus élevées pour les émissions des véhicules et le rendement des moteurs peuvent diminuer les émissions de forceurs climatiques à courte durée de vie, comme le carbone noir et le méthane. Ce faisant, on pourrait sauver au moins 2,4 millions de vies par an d’ici à 2030 et réduire d’environ 0,5° C le réchauffement climatique d’ici à 2050.

Les chercheurs ont estimé qu’une réforme des subventions mondiales pour l’énergie pourrait réduire de plus de 20% les émissions de dioxyde de carbone, de plus de la moitié le nombre des décès prématurés dus à la pollution atmosphérique et augmenter les recettes des gouvernements de près de 3000 milliards de dollars (US $).

Des mesures comme des systèmes d’alerte précoce pour les vagues de chaleur, la protection de l’eau, les services d’assainissement et d’hygiène contre les inondation et les sècheresses renforcent la résilience des systèmes de santé pour résister aux chocs du changement climatique. Ce faisant, on préservera les progrès accomplis récemment contre les maladies sensibles au climat.

L’OMS fait sa part du travail. Par exemple, en collaboration avec le secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et d’autres partenaires, elle a lancé la première série de profils de pays sur le thème du changement climatique et de la santé.

Le but est de donner aux ministres de la santé et à d’autres responsables les moyens d’inclure la santé dans les négociations sur le climat. Les profils fournissent des informations à jour sur les impacts actuels et futurs du changement climatique sur la santé humaine, ainsi que sur les actions politiques menées actuellement dans les différents pays.

Ils illustrent également, dans le contexte propre à chaque pays, les bénéfices sanitaires résultant des mesures pour atténuer le changement climatique, comme l’adoption de sources d’énergie plus propres, l’utilisation des transports publics et la promotion de la marche ou du vélo.

La plus grande réduction possible des effets indésirables pour la santé publique a fait partie des objectifs de la Convention-cadre depuis le premier accord en 1992. Nous espérons que les négociations actuelles exploiteront pleinement cette opportunité pour protéger la ressource la plus précieuse de la planète : sa population.

Une planète dévastée est incompatible avec la vie humaine en bonne santé. Une planète et des gens en bonne santé sont les deux faces de la même médaille.

Merci.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s